L’Ere de la myriade

myriadismeVous vous êtes emparé de la société occidentale, et vous l’avez démontée pièce par pièce. Vous avez bien fait. Votre besoin de compréhension, vos désacralisations, vos remises en question ont été saines et intelligentes.

Mais aujourd’hui ? Une fois que le tissu de croyance est effiloché, que le motif résultant d’un ingénieux maillage disparaît au profit de la réponse à la question qui vous à tant obsédé : De quelle pelote exactement chaque fil provient-il ? Une fois que les sacralisations obscurantistes ont été démystifiées, que la lumière de la rationalité à brûlée vive les dernières prétentions apotropaïques ? Après tous ce travail artistique, littéraire, scientifique, philosophique, après toutes ses déconstructions, que reste-t-il ? Précisément, il ne reste rien.

Vous avez désossé nos monstres, nous voilà confronté au vide. Vous avez liquidé nos ennemis, nous voilà face à la solitude. Une solitude telle, que l’on en devient les ennemis de nous-même.

Dans votre hystérie déconstructiviste, vous gesticulez sur le sable brûlant, cherchant désespérément le moindre caillou, la moindre poussière que vous pourriez déconstruire, persuadé que vous êtes, que l’angoisse qui vous ronge, la solitude qui vous habite, vient de l’oppression qu’exerce ce caillou, de l’immoralité de cette poussière. Certains, pire encore se mettent à déconstruire les rares tentatives de ceux qui construisent, sous prétexte que ceci leur rappel un fantôme d’antan. N’avez-vous pas compris que lorsqu’il n’y a plus rien, toute présence ne peux que vous rappelez le passé ?

Peut-être que vous ne pouvez pas changer. Peut-être devez-vous mourir et céder votre place. Car dans le monde aride qui est le notre, et que vous avez contribué à provoquer, nous avons besoin d’une nouvelle attitude, d’un nouveau tempérament.

Nos artistes doivent ériger de somptueuses demeures, installer des forêts luxuriantes, inventer des plantes, irriguer les sables, produire de nouveaux oasis, architecturer l’iydillique.

Vous en êtes encore à la lutte contre le système, alors qu’il s’agit maintenant de faire proliférer des systèmes. L’ère de l’élimination simple est obsolète, le jeu actuel consiste à peupler les abimes. La destruction est démodée, nous en sommes à la myriade.

– Lain Auser

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s