Dataghost 2. La machine de calcul kabbalistique

RYBN, Dataghost 2, 2016. Installation view at STUK in Leuven for the Artefact festival. Photo © Kristof Vrancken

Dès le 1er siècle, les juifs pensaient que la Torah et les autres textes religieux clés contenaient des vérités encodées et des significations cachées. Ils utilisaient un système nommé Guematria pour les révéler. D’après ce système numérologique, chaque lettre en hébreux correspond à un nombre (par exemple : 1 pour Aleph, 2 pour Bet, 3 pour Gimel, 4 pour Daleth, etc…). Les kabbalistes ont étendu cette méthode aux autres textes et, en convertissant les lettres en nombres, ont cherchés les significations cachées derrière chaque mots. Une autre technique herméneutique utilisée par la Kabbale est le Temurah, qui réarrange les mots et les phrases pour en déduire une signification spirituelle profonde. Le Notarikon quant à lui, créer des mots à partir de lettres prises à la fin, au milieu et au début d’autres mots.

RYBN, Dataghost 2, 2016. Installation view at STUK in Leuven for the Artefact festival. Photo © Kristof Vrancken
RYBN, Dataghost 2, 2016. Installation view at STUK in Leuven for the Artefact festival. Photo © Kristof Vrancken

Le collectif français RYBN.org a appliqué ce système de transformation, association et substitution numérologique aux ordinateurs. Leur installation Dataghost 2 est une machine de calcul kabbalistique qui cherche à révéler les messages cachés enterrés sous le trafic de données.

En suivant le système alpha-numérique kabbalistique, les fragments de code vont générer des millions de commandes shell, dont la plupart seront non-cohérentes et non-fonctionnelles. Toutefois, de temps en temps, la commande va « faire sens » pour l’ordinateur. La machine va l’interpréter comme une tâche qui doit être exécutée. A ce moment précis, la machine exécute le rituel d’invocation du Golem digital.

Cependant, il n’y a aucun moyen de prédire où le rituel pourrait conduire la machine. Les commandes exécutées pourraient saturer la capacité mémoriel de la machine, provoquer un arrêt définitif de la couche software, où dépasser plusieurs limites critiques qui provoquerait la surchauffe de certain composants électroniques, voir conduire à la destruction partielle d’une couche physique. Au cours de sa vie, le système publie constamment son activité auto-destructrice sous forme d’impressions de toutes les différentes commandes.

J’ai découvert ce travail il y a deux jours, au festival Artefact à STUK dans le Louvain. (juste 15mn après Bruxelles donc prenez le train si vous êtes en Belgique parce que le spectacle est aussi enchanteur que la suggestion de ses thèmes). Dataghost 2 est mort. Elle est arrivée assez tôt. L’échange de mails durant lequel les artistes et STUK ont tentés de savoir ce qui c’était passé à été imprimé et ajouté dans la galerie d’exposition. Les emails révèlent que le système a probablement effacé un fichier critique ce qui aurait conduit le processus entier à son terme.

L’installation est toujours exposée, bien qu’en dead mode. L’imprimante et l’écran restent congelés.
RYBN, Dataghost 2, 2016. Installation view at STUK in Leuven for the Artefact festival. Photo © Kristof Vrancken
RYBN, Dataghost 2, 2016. Installation view at STUK in Leuven for the Artefact festival. Photo © Kristof Vrancken

J’ai trouvé le travail brillant. D’un côté c’est super complexe et déroutant tout comme le sont la plupart des pratiques ésoteriques. Et d’un autre cela démontre, avec une grande simplicité et efficacité, que les algorithmes (et par extension tous systèmes technologiques) sont simplement aussi rationnels (ou irrationnels) que les humains qui les programment.

– Traduction d’un article de we-make-money-not-art.com

– Lain Auser
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s